Pourquoi je délaisse le système Honda e:hev pour passer au tout électrique !

[ Article publié par: Moustache ]

C’est mon premier post ici, et le titre est un brin provocateur !

D’abord petite présentation: je suis ingénieur en électronique (à la retraite), passionné par les nouvelles mobilités, le VTT (électrique depuis quelque temps), l’aéronautique, la technique en général et plein d’autres choses.

Je roule en Honda depuis 6 ans: Civic X puis CR-V 5 hybride rejoint par une Jazz e:hev. Depuis 15 ans je ne roule plus qu’en japonaises: Nissan, Toyota, Subaru et maintenant Honda.

Sylvain me titille depuis quelques mois afin que j’apporte une petite contribution à son blog: je m’y mets enfin !

Petite mise au point: contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre de l’article (un tantinet racoleur ?), je suis extrêmement satisfait du système hybride Honda. De plus, l’ayant étudié en détail et le connaissant bien, je pense avoir un avis pas trop superficiel sur la question. D’ailleurs je partagerai bientôt mes connaissances sur ce système lors d’un post à venir.

Alors pourquoi changer ? Pour des raisons économiques et conjoncturelles d’abord, techniques, personnelles et quasi culturelles ensuite.

Les raisons économiques et conjoncturelles

Lors d’un passage en atelier de la Jazz e:hev de mon épouse, j’ai découvert les prix stratosphériques des hybrides d’occasion: ainsi une Jazz du même âge, à kilométrage et finition identiques à la sienne, était mise à prix à 22000 €, alors que 30 mois plus tôt nous l’avions achetée neuve 24000 € !

Pour le CR-V il en était de même. Arrivant dans 15 mois au bout de la LOA du mien, et vus les délais de livraison à rallonge, ma petite tête a commencé à phosphorer: il était temps de prendre une décision. Ainsi j’avais le choix entre:

1- racheter le CR-V au bout de la LOA, puis le garder ou le revendre

2- au bout de la présente LOA, repartir sur une LOA pour un nouvel hybride ou un véhicule électrique (hors de question de repasser à un véhicule classique !)

3- tenter d’abréger la LOA actuelle

L’option 1- imposait d’avancer de la trésorerie pour le rachat.

L’option 2- (de même que la 1-) faisait prendre le risque que les prix de l’occasion retombent comme un soufflet, alors qu’il est clair que les prix du neuf vont continuer à monter.

Restait donc l’option 3-, mais avec le risque que l’anticipation du rachat du véhicule soit ruineuse, voire impossible. Point négatif également, l’éventualité de quitter Honda, vu que la gamme actuelle, hormis la Civic XI, ne m’emballe pas.

Mon cahier des charges est simple: il nous faut un véhicule spacieux mais pas monstrueux, suffisamment puissant mais sans excès, pas m’as-tu-vu, à la bonne réputation et, si électrique, accessible au bonus maximum. Venant du CR-V, le choix d’un SUV (bien que ce soit devenu un gros mot), me paraît judicieux: accès à bord facile, aspects pratiques, garde au sol évitant bien des pièges…

Lors d’un 2ème passage à la concession Honda, pour tuer le temps j’ai fait un tour à la concession voisine (et aussi amie car faisant partie du même groupe): Volvo. Étant assez difficile dans mes choix et fidèle à Honda, cela faisait des lustres que je n’étais pas allé voir ailleurs, et encore moins chez Volvo: ma vision est (était) que c’est premium, bourgeois, cher et… chinois ! Mais mon premier contact a été la C40: ligne sympa, gabarit mesuré (nous n’avons plus besoin d’un gros bébé comme le CR-V). Une fois installé dans un intérieur très Volvo (finalement c’est pas mal…), je m’y suis senti très bien ! Là-dessus arrive un vendeur, présent mais discret qui m’a fait découvrir un prix de base étonnamment attractif pour ce modèle uniquement électrique.

Un peu secoué (oui oui !) je rentre à la maison et fais part de mes impressions à mon épouse: à ma grande surprise elle se montre presque positive (les voitures ce n’est pas sa tasse de thé bio, l’écologie oui !). Il faut dire qu’enfant elle était trimballée dans le break Volvo familial, ça laisse des traces !

Après avoir cogité, il est devenu évident que si fin anticipée de la LOA il y avait, il fallait passer par une reprise, une avance de trésorerie s’avérant compliquée. L’examen de l’échéancier de la présente LOA semblant encourageant, j’ai fait le tour des concessions proposant des véhicules possibles: Honda pour la Civic XI, Kia pour le Niro EV (l’EV6 étant hors de portée, de même que sa cousine Ioniq 5), Renault pour la Megane électrique, Skoda pour l’Enyaq IV (les cousines VW étant également hors de portée) et Nissan pour l’Ariya. J’ai délibérément négligé les chinoises et Tesla (Elon mériterait une fessée selon moi). Avec finalement assez peu d’alternatives vu mon cahier des charges !

À mon grand étonnement, l’éventualité de reprendre ma LOA actuelle a été très bien accueillie car très facile pour un pro. Et une fois les négociations un peu avancées je me suis retrouvé avec des offres de reprises inespérées chez Honda, Volvo et Skoda: la valeur de reprise à la date prévisible de livraison excède largement le solde de la LOA à cette même date !
Ainsi, en réinjectant ce solde ainsi que le bonus véhicule électrique dans l’apport, je me retrouve avec des mensualités sensiblement inférieures aux actuelles. En faisant mouliner Excel, les chiffres sont devenus formels: en cumulant baisse des mensualités, gains sur le coût des recharges (à la maison et aux bornes, versus les pleins de SP95) et gains d’assurance et d’entretien (nuls durant 3 ans chez Volvo), les dépenses mensuelles baissent de 150 € au bas mot !

Ce calcul a également signé la fin de l’option Civic: sans bonus, malgré une consommation nettement plus basse, elle me serait revenue presque aussi cher que le CR-V, dont l’entretien était de plus intégré dans les loyers, à l’inverse de celle-ci.

Chiffres à l’appui j’ai persuadé mon épouse qu’il fallait y aller. Pas évident car pour elle (plus encore que pour moi) surconsommer c’est mal ! Mais ce raisonnement aurait eu tout son sens si le CR-V avait été poubellé lors de la reprise. Heureusement il n’en est rien et il sera recyclé sans frais !

Ne reste plus qu’à choisir parmi la short list: Volvo C40 Start, Skoda Enyaq IV 60, Kia Niro EV, Nissan Ariya et Megane EV60.

J’avais un faible pour la Megane (fabriquée en France, design sympa, agrément de conduite); mais l’aspect pratique du coffre et des places arrière m’a freiné. De plus les commerciaux de Renault n’on plus donné signe de vie (malgré mes relances) quand j’ai commencé à lorgner une Megane de direction bientôt disponible. Le Kia Niro ne m’a du tout inspiré lors de l’installation à bord (avis entièrement subjectif). Le Nissan Ariya, bien que très séduisant, n’est momentanément plus disponible à la vente et donc les commerciaux ont été incapables de me donner le futur prix catalogue et donc de chiffrer une LOA, ce qui m’a mis un peu le doute. Ces trois là ont donc été éliminés.

L’Enyaq a plein d’atouts: volume intérieur (mais aussi extérieur…), plaisant à mener, relativement efficient, bien équipé, avec en plus une politique commerciale très agressive (remise très élevée venant compenser des options quasi obligatoires comme le câble de recharge domestique, l’extension de garantie 3 ans ou le pack Clever si on veut monter un attelage). Mais il est un peu gros, un peu pépère (subjectif !), n’a pas de e-pedal (depuis que j’ai conduit la Honda e je trouve ça génial !). Et puis il n’est livrable qu’en octobre 2023…

Quant à la Volvo, sur cette finition entrée de gamme, elle n’a qu’un régulateur de vitesse classique (non adaptatif) et les radars de recul latéraux manquent à l’appel (très utiles quand on recule sans visibilité latérale depuis un garage sur la voie publique): ce sont des petits plus appréciables quand on y a goûté sur le CR-V. Surtout elle est la moins efficiente des cinq véhicules considérés. Mais son gabarit est mesuré, son e-pedal très performant, l’utilisation d’Android automotive un régal, et elle est plus nerveuse que la Skoda. De plus elle dispose d’un toit panoramique de série et d’un « frunk » (front trunk: coffre avant). Enfin elle est livrée de base avec des Michelin 4 saisons (utiles pour nous qui allons souvent en montagne).

Cerise sur le gâteau elle est livrable à l’été, ce qui laisse une petite chance d’obtenir in extremis le bonus de 6000 € plutôt que le nouveau à 5000. Certes Volvo est sous la coupe des chinois mais la Suède a la main mise sur la conception et elle est fabriquée en Belgique. Et puis les concessions Honda et Volvo appartiennent au même groupe, donc mon péché d’infidélité pourra être absous. Enfin un essai de 100 km seul à bord, bien plus poussé qu’avec la Skoda, a achevé de me convaincre: roule pour la Volvo (en latin: « je roule » !).

Peut-être que cet essai fera l’objet d’un post ici ?

Les raisons techniques, personnelles et culturelles

Je vais être beaucoup plus court que ci-dessus: en regardant dans le rétroviseur de ma vie, je me rends compte que j’ai toujours été plus fonceur qu’attentiste. Ainsi mon premier véhicule hybride a été une Prius PHEV, il y a 10 ans déjà. À l’époque une Prius était presque un OVNI, alors une rechargeable ! À l’aune de ce constat, je crains de regretter assez vite de ne pas avoir pris une électrique si je repars sur une Civic XI hybride, aussi sophistiquée et plaisante à conduire soit-elle.

En effet je ne peux m’empêcher de penser que nous assistons à la mort des moteurs thermiques, et que l’hybridation, même si elle est remarquable chez Honda et Toyota, est en définitive une forme de soins palliatifs: l’échéance est là et on ne peut que la retarder, tant les avantages des moteurs électriques sont patents. Alors certes les batteries restent le maillon faible, mais la marge de progression dans ce domaine en pleine évolution est sans commune mesure avec les bribes qui restent à glaner ici et là sur les moteurs thermiques. Pour tout dire, depuis que j’ai pris la décision de passer à la voiture électrique, les odeurs d’huile et d’essence, le panache de vapeur d’eau à l’échappement par temps froid, le bruit et les vibrations d’un moteur thermique (non Honda !) me paraissent archaïques. J’avais eu cette même sensation quand j’avais abandonné pédale d’embrayage et levier de boîte de vitesses lors de mon passage à l’hybride !

Donc non, je ne pense pas que je vais regretter ce virage électrique. J’aurais seulement aimé que Mr Honda nous propose déjà des véhicules électriques aussi aboutis que ses thermiques !

Je ne manquerai pas de vous tenir au courant de cette nouvelle aventure !

4 réponses à “Pourquoi je délaisse le système Honda e:hev pour passer au tout électrique !”

  1. Merci Moustache pour cet avis très agréable à lire. Sans partager totalement tes arguments je comprends parfaitement tes motivations.

  2. Bienvenue au club Moustache ! Au fait je suis aussi ingénieur en électronique, ça aide pour avoir confiance en l’électrique 😉

    • Merci Éric ! L’appropriation par la compréhension, ça en serait presque ma devise. Malheureusement la culture scientifique et technique est moins à la mode, d’où toutes ces dérives complotistes. Bon Noël à toi et tfamille !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Blog at WordPress.com.

error

Enjoy this blog? Please spread the word :)

RSS
Follow by Email
YouTube
LinkedIn
Instagram
%d blogueurs aiment cette page :